Récit de course : le semi-marathon de Beaune

accueil_coureurs« Tu fais le semi de Beaune ? Alors si t’es en forme, faut attaquer après les côtes au 17e km »… C’est armé de ce précieux conseil que j’ai abordé la journée du 16 novembre pour mon 2e semi-marathon.

8h du matin, le ciel est bleu, il fait froid … il est temps d’aller chercher mon dossard. Accueilli par les organisateurs, il n’y pas beaucoup de coureurs à cette heure matinale. Quelques stands sportifs (ou moins sportifs..) sont là, on sent que la mise en place se fait en douceur.

Une fois le dossard récupéré, retour à la maison pour manger et se préparer. Une petite check-list des choses à ne pas oublier, une intense réflexion pour le choix de la tenue (long, pas long, coupe-vent ou pas ?) et me voilà reparti à Beaune. Cette fois, changement radical d’ambiance. Les rues de Beaune sont remplies de coureurs qui trottinent, les voitures sont garées n’importe comment, on sent que ça n’est pas une petite course et que la rumeur des 4 000 coureurs était vraie…

Comme à chaque fois, l’excitation monte d’un cran … Une fois la place de parking trouvée, vient le temps, dans l’ordre : de faire un petit pipi, de s’habiller (sans oublier le maillot de Sennecey), de lacer ses chaussures, de retourner faire pipi, de prendre une petite photo souvenir et de retourner faire .. non, deux fois suffiront… Pour rejoindre la ligne de départ, ça n’est pas très compliqué .. il suffit de suivre la foule !! Arrivé à proximité de la ligne, il y a une foule incroyable. Entre les coureurs du 10 km et les spectateurs, pas facile d’avancer. A 13h45, le départ est donné pour le 10 km. Pour une fois, j’ai l’occasion de voir un départ comme « spectateur » et non comme coureur, ca change la vision des choses. Et effectivement, le départ est très rapide … (le vainqueur terminera en 33 :02 !!)

photo 2Allez, place au semi ! Chacun tente de trouver sa place au milieu de 2500 coureurs. Je scrute à gauche, à droite, point de maillot Sennecey à l’horizon… Sur le podium, les officiels et les invités de marque prennent la parole. Tony Estanguet (plusieurs fois champion de monde de canoë, rien que ça), M. Le Préfet, tout le monde y passe… Encore quelques minutes à attendre puis vient le moment de l’hymne de la course … Un ban bourguignon !! Les initiés lèvent les bras et entonnent le « La la, la la la la lereuhhh », pendant que les « étrangers » (en clair, les non bourguignons) hallucinent un peu. . Allez, 3-2-1, le départ est donné !! Comme souvent dans ce type de course, on piétine pas mal au départ… 1er kilomètre, 2e kilomètre … Les sensations sont bonnes, super ! Je double Patricia et Flore, le temps d’échanger quelques mots et c’est reparti. Les premiers kilomètres sont vraiment agréables. Vient la traversée de Pommard puis de Meursault… Le 10e kilomètre est passé sans encombre mais je sais que la difficulté vient après. Et effectivement, le parcours devient moins plat !

traceLa traversée de Volnay se fait beaucoup moins facilement que celle de Meursault et je sais qu’après vient le passage difficile, celui du 12e au 15 kilomètre… Et là, je suis servi. Les jambes sont lourdes et j’ai l’impression de ne pas avancer. Je n’ose regarder mon cardio par peur de voir mon rythme au kilomètre s’effondrer. Sur le bord de la route, les spectateurs applaudissent, encouragent mais cela ne fait pas tout… Il faut continuer d’avancer, pour atteindre le « haut » du parcours.

A partir du 16e kilomètre, je sens que le terrain est en pente, ouf ! 17e, 18e, 19e … et le 20e, où est le panneau du 20e ? Mystère, je ne le vois pas mais je me doute que je ne suis plus très loin car j’entends la voix du commentateur à l’arrivée… On longe une zone habitée et au bout de la route, un dernier virage à droite… Au bout de la ligne, le portique de l’arrivée. Allez, on ne lâche rien ! Le public est là à applaudir et ça fait du bien ! Sur la gauche, je vois Yannick et Nelly qui m’encouragent pour la dernière centaine de mètres qu’il me reste à parcourir.

photo

Enfin ca y est, la ligne est passée, en un peu moins d’1h41….

Tout à coup, je réalise que j’ai terminé mon 2e semi-marathon et surtout, qu’il fait vraiment froid en ce 16 novembre !!

Après le semi-marathon du Bien Public, cette deuxième expérience de semi aura été beaucoup plus compliquée à gérer que la première, mais au final je termine la course avec une moyenne de 4 mn 45 au kilomètre, ce qui n’est pas si mal non ? Quant à l’attaque après le 17e kilomètre… celà sera pour l’année prochaine …

Publicités

A propos courirasennecey

Association de course à pieds
Cet article a été publié dans Course. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Récit de course : le semi-marathon de Beaune

  1. christèle dit :

    Félicitations, à te lire on imagine bien toutes les phases par lesquelles tu es passé….
    encore bravo et à bientôt
    christèle

  2. jf1000 dit :

    Bravo champion !

    Merci de nous faire partager ce récit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s